Témoignages

Pas de blessure apparente, pas de témoin, juste des mots qui m’ont volé mon accouchement

Les rendez-vous avec ma médecin de famille accoucheuse se passent vite, alors que j’attends toujours très longtemps, mais ça se passe bien. Elle m’inspire confiance et est ouverte à mon projet de donner naissance physiologiquement. Cependant, elle soulève son inquiétude face à ma réussite puisque c’est mon premier. Rendez-vous 40 semaines, elle me parle de déclenchement, je ne sais pas trop ce que ça veut dire. Elle me dit que mon corps n’est pas favorable pour la naissance de mon bébé puisqu’il est très haut et qu’on va surement devoir faire un déclenchement, je ne sais toujours pas ce que c’est. La semaine passe et je ravale mon bébé, rien de moins. J’ai peur, je suis dans le néant, je me sens incapable depuis notre rencontre, bref elle m’a persuadé que j’avais des chances, de bonnes chances de ne pas être capable.
Rendez-vous 41 semaines 2/7 elle m’annonce que l’on déclenche ce soir. Nous sommes un jeudi, elle sera de garde et en fin de semaine elle a de la visite. Alors c’est parfait! Parfait comme programme…. POUR ELLE!!! Je suis sans mot! Je lui dis que je ne veux pas et que je ne choisirai pas d’avoir mon enfant aujourd’hui pour arranger son horaire. Elle s’offusque, me dit que c’est n’est pas pour ça, mais pour la vie de mon enfant. Voici ses paroles qui sont exactes aux mots près puisque ce moment est à jamais gravé dans ma mémoire: « Qu’est-ce que tu veux? un bébé en vie ou un bébé mort? Si tu ne te fais pas déclencher, ton bébé va mourir dans ton ventre. » Oh ai-je vraiment le choix ?
Je me suis pliée et je me suis fait déclencher! Sans surprise se fut une catastrophe dans laquelle je ne me suis AUCUNEMENT retrouvée en tant que future mère, en tant que femme, en tant qu’être humain respecté. Péridurale, décélération du cœur fœtal, ventouse, déchirures, bébé en pouponnière, allaitement extrêmement difficile et beaucoup, beaucoup de colère, de regret et de honte. Je me suis longtemps accusée et considérée comme la seule responsable de tout ça alors qu’en fait je n’y suis pour rien. Une autorité (ma doc) a eu des propos violents afin de satisfaire ses propres volontés.
Voici ce qu’est la violence obstétricale dans sa facette la plus vicieuse qui existe, pas de blessure apparente, pas de témoin, juste des mots qui m’ont volé mon accouchement et bien plus malheureux encore, la naissance de mon premier fils. Cette femme a volé sa naissance et je n’ai rien pu faire!!!
Amour à tous ceux qui veulent changer le paradigme de la mise au monde!