Témoignages

L’une des médecins (…) m’a dit que ce n’était pas si pire que ça

Avec la suite de la découverte de verrues génitales dues au VPH (papillomavirus), l’une des médecins qui me l’a brûlé à l’azote liquide m’a dit que ce n’était pas si pire que ça et que j’exagérais la douleur ressentie.