Non classé

J’essayais de parler, mais c’est comme si je n’existais pas

En 1999, j’étais étudiante, célibataire et enceinte. Je me suis rendue à un premier rendez-vous à 06.8 pour un examen gynécologique. Le médecin semblait se trouver très drôle. Il parlait très fort, dès qu’il est entré dans la salle d’examen. Il lançait des blagues qui ne faisaient rire que lui. J’essayais de parler, mais c’est comme si je n’existais pas. Il a fini par m’entendre lui demander si je pouvais connaitre le sexe de mon bébé, ce qu’il a considéré comme une requête ridicule et non pertinente. J’ai atteint ma limite d’endurance quand je me suis étendue pour l’examen et qu’il s’est mis à faire des blagues sur la grosseur des cotons-tiges qu’il allait utiliser. Je suis tout simplement partie.